dimanche 15 juin 2014 par Christoph Prüm

Apprivoiser le capitalisme

Geldwechsler

Les opinions divergent fortement sur la question de savoir si le capitalisme ou le capitaliste est une bénédiction ou une malédiction pour les gens. 

Certains blâment le capitalisme et les capitalistes pour la pauvreté dans le monde. D'autres montrent que le capitalisme a conduit à une richesse sans précédent. Après tout, disent-ils, elle nourrit une population mondiale qui a triplé au cours des quatre-vingts dernières années. Et alors, le capitalisme, il est bon ou mauvais ?

 

Définition des termes et du positionnement d'un laïc

Dans une économie de marché, les acteurs du marché devraient pouvoir agir librement dans un cadre juridique. Chacun décide pour lui-même de ce qu'il fait sur le marché, c'est-à-dire sur la production, le prix et la consommation des biens.  Grâce à l'interaction de l'offre et de la demande, la production et la consommation de tous les biens et services sont alors régulés - idéalement - dans une certaine mesure automatiquement. Si la demande est élevée et l'offre faible, le prix augmente habituellement et la production suit. Et vice versa. L'argent est le moyen d'échange avec lequel les différents services mutuels des participants au marché sont compensés les uns par rapport aux autres. Le capitalisme est une économie de marché avec la monnaie comme marchandise, que l'on appelle alors capital. Le capitaliste se préoccupe de l'utilisation optimale et de l'augmentation de son capital. Le capitaliste reçoit un profit pour l'utilisation de ce capital - si tout va bien - ou un taux d'intérêt pour le prêt. Si les choses vont mal, il perd son capital. L'économie sociale de marché s'efforce de protéger les groupes de personnes dépendantes  contre la concurrence par le biais de la législation (par exemple, le droit du travail). En outre, elle s'efforce d'atteindre un certain équilibre par le biais de taxes et de paiements de transfert (par exemple, l'aide sociale) entre les participants au marché qui réussissent économiquement et ceux qui échouent.

 

ErdeMenschen

Le capitalisme, le peuple et la terre

Dans une économie de marché libre, dit-on, le capitaliste permet aussi la prospérité des autres en leur fournissant du travail et donc des revenus. La levée de capitaux pour laquelle le capitaliste s'efforce stimule le développement économique et tout le monde peut en bénéficier. 

Chaque produit plus grand, chaque maison, chaque voiture, chaque lieu de travail nécessite un capital accumulé pour le fabriquer. 

L'idéal positif du capitalisme (et de toute façon de l'économie de marché), qui est rarement entendu, est que celui qui envoie son capital et ses forces sur le marché là où ils sont le mieux récompensés, les envoie automatiquement là où ils créent le plus d'avantages pour les autres. Que cet idéal est en partie perverti nuages l'idéal, mais ne l'annule pas. Le fonctionnement du marché, c'est-à-dire l'interaction de l'offre et de la demande, atteint ses limites surtout lorsque les acteurs du marché ne sont pas libres dans leurs actions. C'est le cas, par exemple, lorsque des monopoles sont formés: Concentration des parts de marché et des capitaux, ou même s'il existe de la pauvreté physiquement menaçante. Mais l'entrepreneur apprend chaque jour que le marché fonctionne en principe. Nous voyons tous que les gens dans un système de marché, lorsque les conditions sont raisonnablement équitables, produisent de la richesse sans fin.

La terre souffre des gens et de leurs économies, on ne peut pas ignorer ca. Le marché, en tant que principe abstrait isolé dans les échanges de biens et de capitaux, ne tient compte de personne ou de quoi que ce soit. Si chacun d'entre nous prend sa décision uniquement sur la base de ce qui est superficiellement d'usage personnel pour lui seul, alors cette myopie devient rapidement dangereuse pour la Terre nourricière. Heureusement, cependant, nous ne le faisons pas de façon aussi constante, que ce soit par perspicacité, par incapacité ou simplement par désintérêt pour un solde de compte élevé.  La question posée au début, à savoir si le capitalisme est bon ou mauvais, trouve donc rapidement une réponse: il est aussi bon ou aussi mauvais que nous, les créateurs du marché, les producteurs, les commerçants, les capitalistes et les consommateurs, sommes bons ou mauvais. Et c'est en fait correct; ne devrait-il pas en être exactement ainsi, la terre dans la responsabilité de l'être humain adulte ? Dans la responsabilité personnelle de chacun ? N'est-ce pas exactement l'idéal d'être humain ? Le seul problème est que l'un déraisonnable peut détruire les moyens de subsistance de l'autre. C'est là que le débat doit commencer et que l'économie de marché doit trouver ses limités.

princess2

Le capital peut être quelque chose de merveilleux

Le capital est - avec une utilisation raisonnable - pratiquement auto-augmentable. Pour ceux qui en ont accumulé assez, ce pourrait être la rédemption, au moins la rédemption du travail désagréable et des soucis économiques. Adam, comme l'écrivait la visionnaire Hildegard von Bingen il y a 800 ans, vivait au paradis à partir de sa propriété. Il "brillait" et avait une grande connaissance de toutes choses et de tous les êtres. Il avait cette connaissance - ce qui semble incroyable au début - parce qu'il n'a pas travaillé ! Une visionnaire du Moyen Âge n'est peut-être pas un argument dans la discussion d'aujourd'hui, mais si nous nous arrêtons brièvement et examinons pourquoi nous travaillons, alors il semble logique : n'est-ce pas le but ultime de toute activité économique, de la recherche et du travail de rendre la vie plus facile et de surmonter la nécessité du travail ? Vivre avec la connaissance (et le respect) de tous les êtres et de toutes les choses dans la paix intérieure sur notre patrimone ? En tout cas, le terme classe ouvrière n'apparaît pas dans la vision paradisiaque de Hildegard. Le terme propriété le fait, et il exprime clairement une relation d'amour mutuel.

Le paradis du capitalisme d'aujourd'hui, cependant, a au moins un défaut grave. Peu s'enrichissent de plus en plus, tandis que la plupart s'appauvrissent actuellement, même si tous ne l'ont pas encore remarqué. Aujourd'hui, la concentration de la richesse sur un petit nombre est probablement à peine inférieure à la concentration du pouvoir sur un petit nombre pendant la période féodale. De grandes connaissances et le respect pour les choses et les êtres, et une relation d'amour mutuel entre le propriétaire et la propriété, ne plus être a remarquer après une certaine concentration de capitaux. Dans le monde entier, l'inégalité est encore plus grande qu'en Allemagne, de sorte que le capitalisme devient une catastrophe fatale, meme mortale. Mais un paradis dans lequel tous les habitants ne sont pas des "Paradisiens" est une contradiction intérieure. Ce n'est un paradis pour personne, il n'y a aucun doute là-dessus.

Le capital s'accumule le plus facilement avec ceux qui l'ont déjà, c'est ce que fait l'intérêt. Il est également difficilement évitable et raisonnable, car c'est le prix et donc le réglement de l'investissement en capital. Ce que fait le capital qui est presque sans intérêt, on peut observer - à titre d'exemple - à l'heure actuelle aux prix de l'immobilier. Les prix de l'immobilier sont en forte hausse parce que le capital ne coûte rien et les loyers suivent. Mais l'intérêts n'est pas fondamentalement répréhensible à d'autres égards non plus. Idéalement, l'intérêt est ce que ma propriété, voire mon capital, me redonne pour mon attention et mes soins. Le propriétaire, qui a acquis du capital par un travail utile et une gestion habile, n'est généralement pas non plus le problème. Au contraire, ceux qui accumulent du capital pour faire quelque chose de plus grand et en vivre dans la vieillesse sont plutôt une bénédiction pour l'économie. Les problèmes serieux que le capitalisme pose pour nous, pour la société, surgissent lorsque l'accumulation du même stock de capital se poursuit sur plusieurs générations. C'est-à-dire, si les descendants d'un clan familial avec la fortune héritée, qu'ils n'ont pas eux-mêmes gagnés, reçoivent une avance énorme sur leurs semblables. Le problème serieux se pose précisément lorsque le marché ne fonctionne pas parce que les conditions de démarrage et de participation au marché sont brutalement différentes pour les gens.

Monopoly

Parce que le marché est aussi un jeu de Monopoly, mais malheureusement pas un jeu équitable aujourd'hui

L'un des dix joueurs présumés revendique plus de la moitié de tout l'argent de jeu et de toutes les rues et maisons dès le début par le droit successoral. Ce seul fait en ferait un jeu pervers, mais c'est un jeu pervers principalement parce que ce n'est pas un jeu du tout mais la réalité, et parce que les neuf autres joueurs ne peuvent pas abandonner à moins d'être s'éliminés de leur vie.

D'autre part, l'option de socialiser le capital, c'est-à-dire de déposséder tout le monde sous le communisme, a été largement testée et apparemment jugée inappropriée pour les êtres humains. Je suppose que partout où les gens sont libres de décider aujourd'hui, ils opteront d'une certaine manière pour la propriété et au moins à moyen terme pour un système de marché. Il devient rapidement clair que l'économie planifiée, c'est-à-dire la gestion "artificielle" du capital, nécessaire en cas de nationalisation, est une crampe. Il ne semble pas y avoir d'alternative à la concentration du capital sur quelques uns que notre système économique apporte maintenant avec lui. Il semble que nous devons accepter le capitalisme tel qu'il est, avec toutes ses conséquences antisociales, comme inévitable.

Aufkleber800

On peut faire quoi que ce soit?

Oui, ce que nous pouvons faire est simple, c'est facile à expliquer et c'est modéré et raisonnable:
 
Nous pouvons créer des conditions de départ plus équitables sur le plan de la richesse pour les jeunes adultes de notre société quand ceux-ci entrent sur le marché. 

Nous le devons même au système économique libéral en place. Selon Friedrich von Hayek, avocat d'une économie de marché sans compromis, la "justice de la règle de l'ordre" est décisive pour le fonctionnement d'un système libéral. Selon Hayek, tant l'exigence que "les conditions ou les règles du jeu par lesquelles les positions relatives des différents individus sont déterminées sont justes" que la lutte "contre toute discrimination" forment l'"essence de la tradition libérale". Je sais que M. Hayek n'avait pas à l'esprit le droit successoral, mais il devrait être clair pour toute personne raisonnable qu'en pratique, il importe peu qu'un participant au marché soit privilégié par l'État, par la loi ou par un testateur.

 Le capitalisme peut être est sans alternative, mais l'inégalité des chances dans le système actuel n'est certainement pas sans alternative. La combinaison d'un système économique libre, basé sur la performance et d'un système féodal d'héritage complètement contradictoire est la catastrophe de notre temps, pas le capitalisme ou l'économie de marché elle-même. Nous devrions réussir à rendre les énormes concentrations actuelles de propriété de notre monde accessible au grand public sur une plus grande échelle après la mort des propriétaires. Nous connaîtrons alors presque certainement une bénédiction et une explosion de créativité, pas seulement économique. Si nous ne parvenons pas à intégrer un certain équilibre de l'héritage dans notre système, alors le capitalisme suffoquera par lui-même ou déclenchera à nouveau une catastrophe. Quand un joueur monopoly a rassemblé toutes les rues et tout l'argent, la partie est terminée pour tous les autres. Pour lui-même aussi.

Nous avons besoin d'un système de péréquation héréditaire, d' un héritage de base

Nous avons besoin d'une loi moderne sur l'héritage qui introduit une partie appropriée des actifs qui sont continuellement libérés par la mort dans un large processus de création de richesse de la population. Cela ne peut se faire efficacement que par le biais d'un fonds de péréquation successorale et d'un héritage général de base pour tous. Cette recirculation est la façon dont les patrimoines d'êtres humains qui ont réussi ne causeraient de tort à aucun individu et profiteraient à tous les individus.

Nous devons reconstruire d'urgence notre monopoly de fait: D'un jeu du vainqueur final, qui conduit nécessairement à un crash de temps en temps et nécessite un redémarrage, à un jeu de développement recirculant dans lequel tout le monde gagne si tout va bien. Nous devons également être conscients qu'un crash aujourd'hui pourrait être tel qu'un nouveau départ pour l'humanité ne serait plus possible.

Das könnte dich auch interessieren:

Demokratie
von Christoph Prüm

Demokratie 2.0

Wir brauchen dringend einen erweiterten Demokratiebegriff.

Video

aus ARD "Extra 3"

Pech gehabt: "Das  Leben ist nun mal ungerecht..." und: "... Geld ist nicht für alle da!"

Paine
von Markus Döring

Mutiger Vordenker eines Grunderbes

Thomas Paine, einer der Gründerväter der USA schrieb 1897 "agrarian justice"